Maison passive ?

Définition

Une maison passive est un bâtiment dont les besoins en énergie sont très limités. Une enveloppe performante, une excellente étanchéité à l’air, une ventilation double flux, des nœuds constructifs ou ponts thermiques maitrisés, etc. assurent ce très faible besoin en chauffage. Si faible que l’on peut en réalité se passer d’un système de chauffage classique. En été, le risque de surchauffe doit également être étudiés et limité.

Moins énergivore, un bâtiment passif est également beaucoup plus confortable : pas de courant d’air, températures homogènes, très bonne qualité d’air intérieur, etc. font partie des nombreux avantages d’une telle construction.

 

Certification

Pour être certifié passif, un logement doit répondre à des critères précis, au nombre de 3 :

 

1. Besoin en énergie pour le chauffage

Le besoin en énergie pour le chauffage doit être inférieur ou égal à 15 kWh/m².an, soit l’équivalent de 1,5 litres de mazout par mètre carré et par an (calcul avec le logiciel PHPP).

2. Étanchéité à l’air

Le taux de renouvellement d’air mesuré à une différence de 50Pa (noté n50) doit être inférieur ou égal à 0,6 h-1 selon NBN EN 13829

3. Pourcentage de surchauffe

Le pourcentage de surchauffe dans le bâtiment (plus de 25°C) doit être inférieur ou égal à 5% (calcul avec le logiciel PHPP).

 

Pour le tertiaire, les critères sont un peu différents :

 

1. Besoins net en énergie de chauffage

Le besoin net en énergie pour le chauffage doit être inférieur ou égal à 15kWh/m².an

2. Besoins net en énergie de refroidissement

Le besoin net en énergie pour le refroidissement doit être inférieur ou égal à 15kWh/m².an

3. Energie primaire

EP = 90 – 2,5 x compacité (kWh/m².an)

4. Etanchéité à l’air

Le taux de renouvellement d’air mesuré à une différence de 50Pa (noté n50) doit être inférieur ou égal à 0,6 h-1 selon NBN EN 13829

5. Surchauffe

Le niveau de confort à respecter doit suivre la NBN 15251 et doit prendre en considération la règle suivante : le nombre d’heures au-delà de 25°C ne peut excéder 5% du temps de travail. A vérifier par simulation dynamique

 

Comment faire un bâtiment passif ?

 

Isolation performante

Une enveloppe performante

Pour limiter les pertes de chaleur par les parois, ces dernières doivent être très isolées : souvent plus de 20cm d’isolant. Les nœuds constructifs sont simulés par logiciel afin d’évaluer leurs impacts et éviter tout risque de condensation et de moisissure. Les portes et fenêtres doivent être performantes : châssis isolants et triple vitrage (on peut se permettre de mettre du double vitrage en tertiaire).

 

 

ETANCHEITE

Limiter les fuites d’air

Les fuites d’air représentent un pourcentage important des pertes d’énergie en construction classique. Un bâtiment passif doit donc être étanche en apportant une at­tention particulière aux différents raccords. Cette étanchéité sera contrôlée en fin de chantier à l’aide d’un test blower door ou test d’infiltrométrie.

 

 

Une ventilation performante

Système de ventilation double flux

Afin de garantir une haute qualité d’air intérieur tout en évitant de refroidir le bâtiment, une ventilation double flux avec récupérateur de chaleur doit être installée.

L’air chaud extrait du bâtiment préchauffe ainsi l’air frais extérieur entrant.

 

 

Optimiser les apports solaires

Surchauffe

L’apport de chaleur se fait notamment par les apports solaires via les fenêtres. Il est donc important d’en étudier leur organisation afin de maximiser les apports en hiver tout en les limitant en été afin d’éviter les risques de surchauffe.

 

 

Source : http://www.maisonpassive.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *