La géothermie : production d’électricité et de chaleur

La Wallonie poursuit l’exploitation géothermique profonde entre Tournai et Charleroi. En plus de l’exploitation sous forme de chaleur, elle soutient un projet pilote visant à produire de l’électricité, grâce à de l’eau jaillissant d’un aquifère situé à 5000 m de profondeur, à une température comprise entre 120 et 150°C.

Produire de l’électricité grâce à l’eau chaude provenant des entrailles de la Terre, voilà un projet pour le moins séduisant. En exploitant l’eau naturellement chauffée dans la croûte terrestre entre 120 et 150°C, la capacité du site géothermique montois serait de 3MW, soit une production de 24 à 25 GWh/an. Cela correspond à la consommation de plus de 7000 ménages, ou « autant d’électricité qu’un parc de 5 éoliennes de puissance moyenne ou 30 hectares de panneaux solaires » ajoute la société Earthsolution en charge de ce projet pilote, dont la centrale devrait voir le jour en 2015.

D’autres endroits du sol wallon se prêtent-ils à des exploitations géothermiques profondes de ce type ? « De manière théorique, on pourrait imaginer l’installation d’environ 80 unités [géothermiques]dans la région de Mons, pour une production estimée à 2000 GWh/an. On peut également pronostiquer que les coûts d’investissement de cette technologie baisseront de 40 à 50% au fil du temps », explique Michel Huart, secrétaire générale d’APERe (association pour la promotion des énergies renouvelables). « D’autres régions pourraient être envisagées, mais il est actuellement hasardeux de s’avancer. »

Avec l’eau chaude issue des aquifères, il est possible de produire de l’électricité – lorsque la température de l’eau est suffisamment élevée – ou bien de la chaleur. Le type d’utilisation est intimement lié aux calories transportées par l’eau, et donc à la profondeur à laquelle se trouve la nappe phréatique. En Belgique, le gradient normal d’augmentation de la température depuis la surface vers l’intérieur de la terre est de 3°C tous les 100 mètres. A titre de comparaison, dans les zones sismiques ou volcaniques, il peut être jusqu’à 10 fois plus important et même atteindre 100°C à certains endroits.

Le Hainaut, et particulièrement sa zone Ouest est le « Hot spot » de la Wallonie où l’eau naturellement chaude est une richesse énergétique. Ainsi, en mars dernier, la société AW Europe, employant 600 personnes, devenait la première entreprise belge à exploiter la géothermie pour chauffer ses locaux. La chaleur provient du sol montois, et le gain environnemental annuel est estimé à 480 tonnes de CO2 qui ne seront pas rejetées dans l’atmosphère.

A Saint-Ghislain, 75% des besoins en chauffage sont couverts par la géothermie

La rentabilité d’un projet géothermique profond exige une exploitation maximale de la chaleur extraite des entrailles de la Terre. Le modèle en cascade de Saint-Guislain, dont les puits géothermiques sont en exploitation depuis 1986, fait figure d’exemple.

L’eau jaillit de près de 2400 m de profondeur à une température de 72°C, à raison d’un débit artésien de 100m3/h. Elle parcourt ensuite un réseau d’échangeurs de chaleur. L’eau du réseau urbain long de 6 km se réchauffe alors en captant des calories qu’elle soustrait de l’eau géothermique dont la température passe alors de 70 à 40°C. Ainsi ce sont 355 logements répartis dans 10 immeubles à appartements, l’hôpital du Grand-Hornu, 3 écoles, la piscine et le hall omnisports de la ville qui sont chauffés par géothermie. A la sortie des échangeurs de chaleur, l’eau est alors emmenée chauffer 4000 m2 de serres horticoles puis dirigée vers le système de préchauffage des boues du digesteur de la station d’épuration. A chaque étape, elle se retrouve dépouillée d’une partie de ses calories. En fin de processus, sa température n’est plus que de 30°C. Elle est alors rejetée dans le cours d’eau, la Haine.

Selon les chiffres de l’intercommunale IDEA, gestionnaire de la centrale géothermique de Saint-Ghislain, la puissance atteinte est de 15 MW. Elle fournit annuellement 16700 MWh.

 

Source : Lesoir

Posted in News and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *